RETOUR DES USAGERS ET DES HABITANTS

Une image négative de la gare partagée mais des divergences sur les solutions

Sans surprise, les usagers trouvent que la gare n’est pas digne de la vie qui l’anime. "C’est glauque et sinistre ici" nous dit une cliente occasionnelle.  "C’est sûr que ça  ne donne pas envie de venir ici" dit un voyageur régulier. "Quoi ? Il y a 200 à 300 personnes qui passent chaque jour à la gare, on dirait pas vu l’état !" dit un camelot sur le marché qui utilise rarement le train.

En revanche les avis divergent sur la destruction du bâtiment. Pour la plupart des personnes rencontrées, le fait d’évoquer la destruction prochaine ne semble pas poser de problèmes, voire même est perçu comme une chose positive. "Il était temps de faire quelque chose, ça fait pitié cette gare" dit un jeune usager quotidien. "C’est sûr que ce bâtiment ne colle plus aux besoins" constate une cliente quotidienne.

Quelques clients, moins nombreux, regrettent cette volonté de détruire le bâtiment. "C’est quand même bizarre d’annoncer ça comme ça aux gens que ça va être détruit, c’est violent… Il y a peut-être des gens qui y sont attachés". Un usager nous interroge sur le coût de la rénovation "Mais vous êtes sûr que ce serait si coûteux de rénover ? Franchement c’est dommage, c’est du patrimoine et si vous voulez faire un espace d’attente, un abri vélo fermé, un local technique pour l’agent qui fait la sécurité, il n'est pas si grand le bâtiment actuel."

Un manque de lumières et d’éclairage

Un grand nombre de voyageurs trouve que la gare et ses abords manquent d’éclairage. Sur le parking, en particulier à l’entrée et sur les quais "où les lampadaires marchent une semaine et ensuite tombent en panne" la pénombre crée un sentiment d’insécurité et renvoie une image négative du site.

Les abris pas toujours adaptés pour Landivisiau

 

Plusieurs défauts concernant les abris placés sur les quais sont signalés ou observés. "Parfois on manque de place côté Brest". "Quand il fait froid et qu’il pleut ils n’abritent pas bien et on doit se serrer au milieu". Ceux qui attendent peu relativisent cet inconfort et également quelques jeunes qui aiment bien être dehors pour pouvoir fumer une cigarette.

La gare est placée sur un coteau et est donc exposée au vent et à la pluie qui tombe à l’oblique et il est vrai que les abris présentent des ouvertures dans le sens des couloirs de vents dominants.

Les paysages environnants mal mis en valeur

 

La gare étant placée sur un coteau, elle pourrait offrir des panoramas agréables, notamment sur le quai vers Brest. Ce n’est pas le cas aujourd’hui car des arbres cachent la vue. Dégager cette vue sur le paysage pourrait être un moyen simple d’améliorer la perception de la gare par les usagers.

Des contournements naturels du bâtiment gare

 

Même quand le bâtiment est ouvert, les usagers passent essentiellement sur le côté où sont installés les composteurs et l’automate TER. Quelques usagers profitent d’un endroit où la barrière est cassée pour passer de l’autre côté du bâtiment.