LA DÉMARCHE

Un certain nombre de gares ne sont plus adaptées à l'usage qu'en ont les usagers aujourd'hui, notamment pour les trajets domicile-travail du quotidien. Comment alors imaginer des aménagements et services en gare TER qui correspondent aux usages de celles et ceux qui l'utilisent, qu'ils soient réguliers ou occasionnels ?

 

C'est dans ce sens que la Région Bretagne et SNCF ont lancé une expérimentation grandeur nature en gare de Landivisiau. Cette démarche fait suite à une première expérimentation menée par la 27ème Région début 2016 à Montfort-sur-Meu (près de Rennes), qui a permis de tester une méthode pour aménager les gares au plus près des attentes des acteurs du territoire. Un designer de service, une architecte, une paysagiste et un sociologue ont ainsi reçu pour mission de construire un prototype en gare qui permette de tester - au printemps 2017 - des services et aménagements imaginés à partir des propositions des acteurs locaux.

La méthode

Pour mener à bien cette expérimentation, l'équipe s'appuiera sur la méthode du « design thinking ». Il s'agit d’interroger les usages, de tester puis d’adapter les aménagements aux besoins et d’agir en agilité afin d’ajuster les résultats de l’étude au fil de l’eau et des tests. Cette expérimentation est collective et partenariale: SNCF Gares & Connexions, le Conseil Régional, les usagers, riverains, commerçants, communes, communauté de communes, le département, participeront pleinement à la démarche, et cette participation sera essentielle pour garantir le succès de la démarche.

Étape 1 : le temps de l'immersion et du dessin de la future halte

La première étape de la démarche se compose essentiellement de 3 phases : compréhension du contexte, séance de créativité et livraison des dessins.

Après une phase de prise de contact avec les acteurs locaux (collectivités, usagers, associations), l'équipe s'est imprégnée des spécificités locales et des enjeux. Dans un second temps, des ateliers entre acteurs du projet, puis avec les usagers, ont permis de cibler au mieux les attentes et besoins. Le troisième temps a consisté à proposer différents objets, aménagements pour les soumettre à l’avis des différents acteurs. Il s'est agi de définir quels formes et services sont susceptibles de répondre aux besoins identifiés, avec quelles spécificités techniques et quels espaces seront nécessaires à leur réalisation. A l’issue de cette première étape, ce qui a été imaginé sur papier sera testé grandeur nature.

Étape 2 : le prototypage grandeur nature

Dans cette étape, les aménagements étudiés seront testés grandeur nature. Il ne s’agira pas d'aménagements définitifs, mais d’installations éphémères. L’équipe projet devra alors bâtir des éléments provisoires qui pourront être testés et évalués par les usagers. A l'issue de cette étape, l'équipe devra être en mesure de proposer un cahier des charges pour la réalisation des aménagements définitifs, sur le site et aux abords. Il s'agira aussi d'en tirer des enseignements pour un déploiement au-delà du site de Landivisiau. L'estimation sur les matériaux à retenir, leur durabilité, l’entretien, la propreté, sont autant de critères pris en compte tout au long du projet.

Étape 3 : l'évaluation

Un bilan de cette expérimentation sera réalisé afin d’évaluer ce qui a marché et ce qui a dysfonctionné dans le but de proposer les ajustements nécessaires au succès de la phase de déploiement.

L'équipe

Pour mener à bien cette démarche, SNCF et la Région Bretagne s'appuient sur un groupement d'entreprises de l'Ouest. Cette équipe est composée de DTA - Damien Roffat (mandataire) / Collporterre - Gwendal Briand / Clémentine Laurent-Polz Architecte DPLG / Isabelle Nivez Paysagiste DPLG / Aurélien Dussin - Menuisier Charpentier / Isabelle Casalis - Programmiste économiste.